Home > Rénover, construire et conserver > Chauffage, électricité, plomberie, ventilation > Ventilation
Ventilation PDF Imprimer

1. Ventilation du logement selon la norme belge NBN D50-001

        1.1 Introduction

        1.2 Problèmes de condensation et de moisissures liés à un manque de ventilation du logement

        1.3 La ventilation de base

        1.4 La ventilation intensive

        1.5 La hotte

        1.6 Caves et greniers

        1.7 En conclusion

2. Quel système de ventilation choisir?

      2.1 Introduction

      2.2 Ventilation naturelle (Système A)

      2.3 Ventilation simple flux (système B ou C)

      2.4 Ventilation double flux (système D)

      2.5 Les différents composants nécessaires à une bonne ventilation

3. Exigences PEB pour la ventilation des logements

      3.1 Introduction aux exigences PEB

      3.2 Ventilation : description de l'exigence pour une unité d'habitation inviduelle

1. Ventilation du logement selon la norme belge NBN D50-001

1.1 Introduction

La ventilation permet d’éliminer efficacement la vapeur d’eau produite dans une habitation.
Une aération intensive, en ouvrant la fenêtre pendant quelques minutes, ne permet pas de réduire le taux d’humidité de façon durable.
Ventiler correctement nécessite l’usage d’un système de ventilation qui permette de réaliser une aération modérée mais permanente de l’habitation.

Les occupants produisent une grande quantité de vapeur d’eau : 0,9 à 1,25kg de vapeur d’eau par jour et par personne !
De plus les occupations domestiques rajoutent quelques kg en plus : 
- Cuisson d’un repas pour 4 personnes :

   → à l’électricité : 1 à 2 kg par jour
   → au gaz : 2 à 3 kg par jour
- Hygiène : 0,2 à 0,5 kg par jour et par personne
- Sécher le linge : 1,25 à 2,5 kg par jour

Toute cette humidité doit être évacuée afin qu’elle ne porte pas préjudice au bâtiment ainsi qu’à la santé des personnes !

Ventiler permet donc de :
- Evacuer la vapeur d’eau
- Evacuer les odeurs
- Apporter de l’air comburant pour les appareils à cycle de combustion ouvert (comme la cuisinière au gaz,…)
- Apport d’oxygène pour le occupants

Actuellement, la plupart des habitations sont ventilées par infiltration naturelle par les défauts d’étanchéité au droit des fentes et fissures,

cette ventilation incontrôlée entraîne des pertes énergétiques importantes.
De plus, le débit de ventilation à travers une fenêtre ouverte est 15 à 30 fois supérieur au débit nécessaire afin d’assurer une bonne qualité de l’air.

Une ventilation optimale nécessite donc une bonne étanchéité à l’air du logement ainsi qu’ un système de ventilation.

La norme belge NBN D50-001 exige que les différents locaux d’une habitation puissent être ventilés d’une manière confortable sans entraîner un risque accru d’effraction.

1.2. Problèmes de condensation et de moisissures liés à un manque de ventilation du logement

Les bâtiments sont de plus en plus isolés et apparaissent dès lors des désordres liés à l’apparition de moisissures et de condensation.
La pose de double vitrage amène dans de nombreux cas des problèmes de condensation sur les murs dès lors plus froids que le vitrage.
L’isolation de l’enveloppe amène également des problèmes liés à la création de ponts thermiques.
Afin d’éviter ces désordres il est important d’isoler par l’extérieur et de combiner cela avec un système de ventilation.

La condensation apparaît quand l’humidité relative (niveau de saturation de l’air en vapeur d’eau) au voisinage de la surface est de 100%.
La vapeur d’eau contenue dans l’air se condense et la surface s’humidifie en formant des gouttes.
Cette condensation apparaît au droit des ponts thermiques, les taches se localisent aux angles et endroits mal ventilés. La condensation s’accompagne souvent de moisissures !

Les moisissures apparaissent déjà avant que l'humidité relative n'égale 100%.
Ce sont des espèces présentes dans l’air, leur propagation s’effectue par des spores transportés par l’air. Ces spores germent si les conditions sont favorables : 
- Apport d’oxygène suffisant
- Température stable (entre 5 et 25°C)
- Substrat adéquat (cellulose, bois, sucres, graisses,…)
- Humidité suffisante

Le plus important est de s’attaquer à la source de production de l’humidité. Les causes sont multiples :

- Les occupants et leurs activités
- Les infiltrations d’eau, surtout si la façade est exposée aux pluies battantes, l’eau est aspirée par capillarité dans les pores du matériau ou par les fissures.

Les taches sont de forme arrondie, l’enduit intérieur pourrit, le débit d’eau est trop important pour qu’il y ait formation de moisissures.
- L’humidité ascensionnelle, elle résulte de la pression de la nappe phréatique ou de la succion capillaire de l’humidité du sol
- L’humidité de construction, la bâtiment doit être assez chauffé et ventilé pendant la période qui suit sa mise en service.

Comment éviter ces problèmes de condensation et de moisissures ?

  • Avoir des températures de surface élevées

Pour cela il faut réaliser une isolation sans ponts thermiques donc isoler par l’extérieur

c’est la solution idéale mais cette solution est onéreuse.
Il faut chauffer le logement, notez que dans les angles il y a moins d’échanges.
Eviter de placer des armoires contre des parois froides !

  • Limiter le taux d’humidité de l’air intérieur

Pour cela il faut limiter la production de vapeur d’eau : 
- Évacuer rapidement l’humidité vers l’extérieur (hotte, ventilation après une douche,…)
- Eviter de sécher du linge dans des locaux sans aération
- Couvrir les casseroles lors de la cuisson des aliments
- Ne pas utiliser d’humidificateurs
- Faire attention aux plantes domestiques, certaines produisent beaucoup de vapeur d’eau
- Eviter les appareils de chauffage sans extraction vers l’extérieur
- Solutionner les problèmes d’infiltration ou d’humidité ascensionnelle qui amènent beaucoup d’humidité.

Il faut ventiler, une aération intensive de quelques minutes ne suffit pas il faut une ventilation continue modérée!

1.3. La ventilation de base

Les principes d’une ventilation de base :

- Amenée d’air frais dans les locaux dits secs
- Extraction d’air pollué dans les locaux dits humides
- Transfert de l’air des locaux secs vers les locaux humides via des ouvertures de transfert

Le soufflage et la reprise peuvent être opérés soit de manière naturelle, soit de manière mécanique soit une combinaison des deux.
Le débit nominal de ventilation est de 3,6m3 par heure et par m2 de surface au sol.

La règle à retenir : 
1 ouverture de 10 cm2 correspond à un débit de 3,6 m3/h pour une différence de pression de 2 Pa.

S’il y a plusieurs ouvertures de transfert dans un même local, les exigences s’appliquent à la somme des ouvertures.

Exigences (pour une différence de pression de 2 Pa) : 
- cuisine : 50m3/h → 140cm2
- séjour, chambres, WC , salle de bains : 25 m3/h → 70cm2

Un peu de vocabulaire (selon la norme NBN D50-001) :

  • Amenée d’air naturelle : 
    Placée dans une paroi extérieure ou au droit d’une fenêtre ou porte extérieure, son ouverture doit être réglable (manuellement ou automatiquement)

       de manière continue via au moins 3 positions intermédiaires entre la position fermée et ouverte.

  • Evacuation mécanique : 
    Les ouvertures d’évacuation d’air mécanique sont reliées par des conduits au ventilateur, elles sont conçues afin de pouvoir être réglées

       une fois pour toutes par l’installateur afin d’assurer des débits d’évacuation exigés.
       L’air extrait est rejeté à l’extérieur via un débouché en façade ou en toiture sans gêner les voisins.

  • Evacuation naturelle : 
    Les ouvertures d’évacuation naturelle sont reliées à des conduits verticaux qui débouchent en toiture.

       Cette ouverture doit pouvoir être réglée manuellement ou automatiquement (il faut 3 positions intermédiaires entre la position ouverte et fermée).

La vitesse de l’air dans ces conduits doit être inférieure à 1m/s ce qui nécessite 10 cm2 pour un débit de 3,6m3/h

Pour la cuisine, la salle de bains, il faut prévoir un conduit d’évacuation naturelle de 140cm2. Pour le WC de 70 cm2.
Le tracé doit être le plus vertical possible afin d’éviter d’importantes pertes de charge, il vaut mieux opter pour des conduits rigides.
Selon la norme le débouché en toiture doit se faire le plus près possible du faîte.

 

Les différents dispositifs de ventilation :

Amenée/Evacuation Naturelle Mécanique
Naturelle Système A Système C
Mécanique Système B Système D

 

1.4. La ventilation intensive

Dans certaines circonstances (augmentation importante de la température en été, fumeurs, peinture,..), les dispositifs de ventilation de base ne suffisent pas.
La norme exige la présence de fenêtres ouvrantes et/ou portes extérieures dans la cuisine, le living et les chambres. L’ouvrant doit être de au moins 0,6m2 jusqu’à 0,9m2.
Ces ouvertures de ventilation intensive ne font l’objet d’aucune exigence spécifique en matière de sécurité anti-effraction.

1.5. La hotte

La hotte de cuisine ne fait pas partie du système de ventilation de base.
Il faut éviter de choisir une hotte trop puissante car le débit d ‘extraction élevé entraînera une mise en dépression de la cuisine et donc le refoulement des appareils à cycle de combustion ouvert.
Le débit d’air extrait par la hotte devra être compensé par une amenée d’air équivalente, il faut également prévoir un conduit avec un diamètre suffisant (125mm minimum).
Les débits recommandés : 
- Studio ou petit appartement : 150 à 200 m3/h
- Appartement avec cuisine fermée : 300 à 400 m3/h
- Cuisine ouverte : 400 à 500 m3/h
- Ilot de cuisson : 700m3/h

Le conseil est dans la mesure du possible d’utiliser des appareils étanches afin d’éviter toute interaction avec la hotte.

1.6. Caves et greniers

Norme en termes de ventilation naturelle :

- Si petites fenêtres il faut une section de minimum 140cm2
- Si grilles de ventilation il faut 50m3/h
- Si extraction mécanique il faut 25m3/h

Si les caves ou greniers sont très perméables à l’air extérieur, il n’y a pas d’exigence en termes de ventilation.

1.7. En conclusion

Nous allons de plus en plus vers des bâtiments étanches, il faut savoir que dans ce type de bâtiment la ventilation deviendra un poste consommateur en énergie.
Par exemple, dans une habitation (K55), une ventilation conforme à la norme représente 20% de la consommation totale de chauffage.
Bien évidemment dans un logement moins isolé, cette proportion diminue mais la consommation d’énergie pour le chauffage est très élevée.

Adapter les débits au taux de présence dans une pièce permet également de limiter les consommations.

A l’avenir, il sera donc important de veiller à : 
→ Une bonne isolation thermique
→ Une bonne étanchéité à l’air
→ Un système de ventilation de type A, C ou D

 

Sources :

- NIT 203, NIT 192

- La ventilation des logements, DGTRE

- Condensation et moisissures, DGTRE

- Energie +

 

2. Quel système de ventilation choisir?

2.1. Introduction

La norme NBN D50-001 définit 4 systèmes de ventilation de base possibles pour les immeubles d’habitations.

Tous s’orientent sur un même principe : 
1. Amenée d’air frais dans les locaux dits secs (séjour, bureau, chambre)
2. Transfert de cet air dans les locaux dits humides (sanitaire, salle de bain, cuisine)
3. Évacuation de l’air vicié dans les locaux dits humides.

La différence entre les 4 systèmes se situe dans le choix d'une amenée/extraction d'air mécanique ou naturelle.

Amenée/Evacuation Naturelle Mécanique
Naturelle Système A Système C
Mécanique Système B Système D

 

2.2 Système A ( Ventilation naturelle)

Le système ne nécessite aucun ventilateur.

La ventilation naturelle se base sur les déplacements de l’air qui s’effectuent grâce aux différences de pression existant

entre les façades des bâtiments et

grâce à la différence de masse volumique en fonction de la température.
Le débit d’air frais est assuré par une ouverture choisie qui a comme rôle de transférer de l’air à l’intérieur et de maîtriser son renouvellement. 
Les amenées d’air frais s’effectuent par des grilles réglables ou vasistas.

Les passages d’air dans les locaux humides peuvent se faire sous les portes ou par des grilles.

Certes, les ouvertures entre locaux favorisent le passage du bruit, mais il est possible de placer des absorbeurs acoustiques.

L’épaisseur du système nécessitera sa pose dans le mur. Enfin, l’évacuation de l’air vicié est assurée par des conduits verticaux en toiture.

En général, les locaux de séjours ou bureaux ainsi que les chambres sont les pièces d’alimentation en air frais.

Les pièces d’évacuation d’air pollué sont les pièces humides comme la cuisine, la salle de bain et les WC.

                 Ventilation naturelle (système A)
syst1

Avantages
L’avantage d’un tel système est qu’il ne présente aucune consommation électrique: l’action naturelle du vent est seul moteur du système. Il n’est donc pas bruyant et nécessite très peu d’entretien. Son impact sur l’environnement est par ailleurs nul.

Inconvénients
Par contre, sa garantie de performance reste faible car il dépend fortement de conditions climatiques extérieures (vent, température). Aussi, pour éviter un inconfort en hiver, il tient de placer les grilles à une hauteur supérieure à 1,80 m par rapport au sol. Il est important d’adapter le fonctionnement de la ventilation en fonction de l’occupation de l’habitat.

Source : Energie+

 

2.3. Ventilation simple flux, système B ou C

La ventilation simple flux consiste à créer un mouvement de circulation de l’air soit par une amenée d’air mécanique,

soit par une évacuation d’air mécanique.

Le choix de ce dernier conditionnera le système en question.

Dans la plupart des cas, la ventilation la plus rencontrée s’effectue de telle sorte que l’air neuf entre naturellement et que l’air vicié

soit extrait par un extracteur dans les locaux humides ou viciés (système C).

Le cheminement de l’air s’opère par les dessous de portes et les grilles de transfert.

Dans ce dessein, il faut s’assurer du placement d’ouverture adéquate en façade, de l’organisation du transfert de l’air dans les locaux d’extraction

et de la mise en dépression des locaux humides pour que l’extracteur d’air (ou ventilateur d’extraction) aspire l’air pollué.

               Ventilation simple flux (système C)
syst C

- Alimentation d’air frais en façade dans les locaux propres

- Transfert de l’air dans les locaux d’extraction

- Extraction mécanique de l’air pollué à partir des locaux humides

Source : Energie+

 

2.4. Système D ( Ventilation double flux)

La ventilation double flux se base sur la pulsion mécanique d’air neuf, préalablement filtré et l’extraction mécanique d’air vicié.

Il est important de maintenir les locaux d’extraction en dépression de manière à ce que les odeurs ne s’en échappent pas.

La pulsion s’effectue à partir d’un réseau de conduites verticales et horizontales dans les faux-plafonds.

Les bouches d’amenée d’air sont de type mural (par exemple, dans les retombés des faux-plafonds),

ou de type plafonnier s’il existe des faux-plafonds dans le local.

Cette ventilation mécanique contrôlée se fait en général avec récupération de chaleur :

Le principe est de réchauffer l’air entrant avec la chaleur récupérée de l’air sortant au moyen d’un échangeur de chaleur et cela

sans mélange entre l’air frais et l’air vicié.

Il est ainsi possible de récupérer 90% de la chaleur sortante ! 
En général, pour l’échange de chaleur, c’est un échangeur à plaques (par exemple), qui permet le transfert de chaleur

sans mélange entre l’air neuf et l’air vicié.
La norme précise que le rendement thermique de l’échangeur doit être > 80% .

                Ventilation double flux (système D)
syst D

Avantages
Ce système assure une garantie de performance très élevée dans la mesure où le contrôle de la ventilation y est optimal.

Inconvénients
Le système de ventilation mécanique contrôlée est forcément plus cher que le système de ventilation naturelle. Il représente donc un investissement important.

Source : Energie+
echangeur1 echangeur2

Schéma de principe de l’échange de chaleur

Source : Energie+

Schéma échangeur à plaques

Source : Energie+

 

2.5. Les différents composants nécessaires à une bonne ventilation

   1. Dispositifs d'amenée d'air

Des ouvertures d'alimentation en air frais doivent être prévues au minimum dans les locaux dits "secs" du bâtiment

c'est à dire le living, les chambres à coucher, les locaux d'étude et de jeu.

L'amenée d'air peut s'effectuer de manière naturelle (Système A) ou mécanique (système B) .

Local

Débit nominal pour l'amenée d'air  selon la norme

NBN D50-001

Séjour 3,6m3/h.m2 (minimum 75m3/h et peut se limiter à150m3/h)
Chambre à coucher, local d'étude, local de jeu 3,6m3/h.m2 (minimum 25m3/h et peut se limiter à 36m3/h.pers)
  • Alimentation naturelle (systèmes A et C):

L'air frais extérieur doit être amené via des ouvertures réglables prévues dans une paroi extérieure :

une fenêtre ou une porte extérieure ou encore autour d'une fenêtre ou d'une porte extérieure.

Le débit d'air à travers les ouvertures d'alimentation est déterminé par la différence de pression.

Lorsque l'alimentation est naturelle la différence de pression dépend des conditions climatiques,

de la répartition de l'étanchéité à l'air dans le bâtiment,des éventuels débits d'extraction mécanique et de l'utilisation du bâtiment.

La dimension des ouvertures nécessaire pour assurer les débits recommandés dépend de cette différence de pression.

Pour cela la norme NBN D50-001 spécifie que les débits nominaux doivent être réalisés pour une différence de pression de 2 Pascals .

Les ouvertures pour l'alimentation naturelle doivent être obturables et réglables, il faut que :

la section libre de ces ouvertures puisse être reglée manuellement ou automatiquement en au moins

3 positions entre la position ouverte et fermée.

On retrouve ainsi une grande variété de grilles de ventilation.

Chacune se distingue de part leur emplacement en façade extérieure.

Parallèlement, il existe sur le marché des grilles beaucoup plus performantes et spécifiques:

grilles autoréglables, hygroréglables, isophoniques ou encore à coupure thermique.

oar oar oar

Grilles intégrées au-dessus

du châssis

Source energie +

Grilles verticales intégrées

dans la menuiserie

Source energie +

Grilles réglables à introduire

dans la maçonnerie

Source energie +

 

  • Alimentation mécanique  (systèmes B et D):

Pour l'amenée d'air mécanique, les ouvertures d'alimentation reliées via des conduits au ventilateur sont reglées

(en principe une fois pour toutes)au préalable par l'installateur afin de réaliser le débit d'alimentation souhaité.


    2. Dispositifs de transfert

Comme l'air frais est amené par les espaces dits secs et l'air vicié est evacué par les espaces dits humides

il faut prévoir une liaison pour le transfert de l'air entre les deux.

Cette liaison s'effectue directement ou via des locaux intermédiaires (corridor, hall, cage d'escaliers) par le biais

d'ouvertures de transfert .

Notez que les ouvertures de transfert sont toujours non obturables.

Local

Ouvertures de transfert

(débit pour différence de pression de 2 Pa selon la norme NBN D50-001 )

Fente sous la porte

(selon la norme NBN D50-001)

Salle de séjour 25m3/h au moins 70cm2
Chambre, local d'étude ou de jeu 25m3/h au moins 70cm2
Salle de bains, buanderie, local de séchage 25m3/h au moins 70cm2
Cuisine 50m3/h au moins 140cm2
WC 25m3/h au moins 70cm2
OT1

OT2

OT3

Les grilles inséreées dans les portes intérieures

Source : energie +

Les grilles encastrées dans les murs intérieurs

Source : NIT 203

Les fentes prévues sous les portes

Source : energie+

   3. Dispositifs d'évacuation de l'air

Des dispositifs d'évacuation de l'air vicié doivent être installés au minimum dans les locaux humides du logement c'est à dire

la cuisine,la salle de bains, le WC et la buanderie.

Ces dispositifs d'évacuation doivent pouvoir réaliser les débits nominaux requis.

L'évacuation peut s'effectuer de manière naturelle (système A) ou de manière mécanique (système C ou D)

Local Débit nominal pour l'évacuation de l'air selon la norme NBN D50-001
Cuisine, salle de bains, buanderie 3,6m3/h.m2 (minimum 50m3/h et peut se limiter à75m3/h)
Cuisine ouverte 3,6m3/h.m2 (minimum 75m3/h)
WC 3,6m3/h.m2 (minimum 25m3/h)
  • Evacuation naturelle (systèmes A et B):

L'air est évacué via des ouvertues d'évacuation réglables vers des conduits d'allure verticale qui débouchent en toiture.

Pour une différence de pression de 2 Pascals, le débit à travers l'ouverture en position complètement ouverte doit être au moins équivalent au débit nominal requis pour le local en question.

La norme exige que l'ouverture ait une section libre d'au moins 140cm2 sauf pour le WC où celle-ci doit être d'au moins 70cm2.

Les dispositifs pour l'évacuation naturelle doivent être obturables et réglables.

Cette ouverture doit pouvoir être reglée manuellement ou automatiquement dans au moins 3 positions entre la position ouverte et fermée.

La position fermée correspond à une ouverture minimum laissant passer un débit compris entre 15 et 25% du débit d'évacuation nominal requis pour le local en question et ce pour une différence de pression de 50 Pa

La position ouverte correspond au débit nominal déterminé pour 2 Pa.

En ce qui concerne le conduits d'évacuation, la section de tous les conduits sur lesquels sont raccordées les ouvertures d'évacuation doit être de 140cm2 pour la cuisine, la salle de bains, la buanderie et de 70cm2 pour le WC.

Le tracé doit être le plus vertical possible (un écart de 30° maximum par rapport à la verticale est autorisé sauf pour les conduits secondaires).

Les déviations brusques, les fortes courbes, les élargissements ou rétrécissements soudains sont interdits.

Ces conduits doivent déboucher en toiture.

conduit

  • Evacuation mécanique (systèmes C et D) :

Les ouvertures d'évacuation reliées par des conduits aux ventilateurs doivent être conçues et réalisées pour être réglées au préalable

par l'installateur afin d'assurer le débit d'évacuation recommandé.

Derniers conseils :

Effectuer un entretien régulier !
- une fois par trimestre, pour les bouches d’extraction des pièces de services
- une fois par an, pour les filtres d’insufflation et d’extraction pour les VMC double-flux
- dépoussiérez et lavez les grilles d'entrée d’air frais

Eviter : 
- de placer les grilles derrière un radiateur pour cause de risque de gel
- les grilles trop petites ou non réglables
- les grilles artisanales

Sources :

- NIT 203

- La ventilation des logements, DGTRE

- Condensation et moisissures, DGTRE

- Energie +

3. Exigences PEB pour la ventilation des logements

3.1. Introduction aux exigences PEB secteur résidentiel

Les exigences PEB sont fonction de la nature des travaux et de l'affectation.

La nature des travaux PEB :

Bâtiment Neuf : Bâtiment nouvellement construit ou reconstruit
Bâtiment assimilé à du neuf :

- Soit extension : partie nouvellement construite d'un bâtiment existant et attenante à ce bâtiment d'une superficie de plus de 250m2 ou comportant au moins une habitation et qui possède au moins un accès au dessus du nivau du sol qui permet de se déplacer du bâtiment existant vers la nouvelle construction.

- Soit reconstruction partielle d'un bâtiment existant d'une superficie de plus de 250m2 ou comportant au moins une habitation et faisant l'objet de travaux de démolition et de reconstruction d'au moins 75% de la superficie de déperdition du bâtiment.

   OU travaux de rénovation d'au moins 75% de la superficie de déperdition du bâtiment comprenant le remplacement de toutes les installations techniques.

Rénovation lourde :

Bâtiments de plus de 1000 m2 de superficie et

Soit travaux soumis à permis d'urbanisme et plus de 25 % de la surface de déperdition thermique du bâtiment est transformée

Soit modification ou remplacement des installations techniques soumis à permis d'environnement quand la puissance totale de toutes les installations après remplacement ou modification>500kW

Rénovation simple : Travaux soumis à permis d'urbanisme et de nature à influencer la performance énergétique du bâtiment : changement d'affectation  ou travaux portant sur la surface de déperdition du bâtiment.

Les exigences PEB à respecter en fonction de la nature des travaux :

Exigences PEB Bâtiments neufs et assimilés Rénovation lourde Rénovation simple
(indice de performance énergétique global) E90 (juillet 2008) / E70 (juillet 2011) non non
K (niveau d'isolation thermique global) K40 non non
U/R (coefficient de transmission thermique des parois/coefficient de résistance thermique des parois) à respecter à respecter à respecter
Ventilation à respecter à respecter à respecter
Installations techniques à respecter à respecter non

3.2. Ventilation : description de l'exigence pour une unité PEB "habitation individuelle"

L' exigence PEB en matière de ventilation a pour but de garantir un climat intérieur sain.

Pour les calculs relatifs à la ventilation, la surface prise en compte est la surface nette intérieure mesurée au sol.

  • 1er cas. Application de l'exigence à une unité PEB : Soit l'unité PEB fait partie d'un bâtiment neuf ou assimilé

soit l'unité PEB résulte d'un changement d'affectation (rénovation simple) :

L'exigence se compose de différents points à respecter :

1. Le système de ventilation doit réaliser les débits d'alimentation et évacuation prévus dans la norme belge NBN D50-001 :

    Débits d'alimentation en air selon la norme NBN D50-001
Local Débit nominal : Règle générale Débit minimal Le débit peut être limité à : Alimentation naturelle maximum (systèmes A et C)
Living 3,6m3/h/m2 75m3/h 150m3/h 2 x débit nominal
Chambres, salle d'étude, salle de jeu 3,6m3/h/m2 25m3/h 72m3/h 2 x débit nominal
    Débits d'évacuation d' air selon la norme NBN D50-001
Local Débit nominal : Règle générale Débit minimal Le débit peut être limité à :
Cuisine fermée, salle de bains, buanderie 3,6m3/h/m2 50m3/h 75m3/h
Cuisine ouverte 3,6m3/h/m2 75m3/h 75m3/h
WC            - 25m3/h      -

2. Les amenées d'air doivent répondre aux conditions suivantes :

- Prendre l'air diretement à l'extérieur ou dans un espace adjacent non chauffé (par exemple une serre ou un grenier non chauffé)

si cet espace est lui-même équipé d'ouvertures qui permettent une amenée d'air rspectant les débits.

- Empêcher la pénétration d'animaux indésirables

- Empêcher la pénétration de pluie

- Etre placée à une hauteur de 1,8m au dessus du sol

- Si l'amenée d'air est mécanique elle doit être permanente c'est à dire ne pas être interrompue mais peut être réglable

  en fonction par exemple de l'occupation

- Si l'amenée d'air est naturelle, elle doit pouvoir être reglée manuellement ou automatiquement entre

la position complètement ouverte,

3 positions intermédiaires et la position fermée (

3. Les évacuations d'air doivent répondre aux conditions suivantes :

- Si l'évacuation d'air est mécanique , cette évacuation doit être permanente c'est à dire ne pas être interrompue

mais peut être réglable en fonction par exemple de l'occupation.

- Si l'évacuation d'air est naturelle elle doit être reliée à un conduit vertical débouchant d'au moins 50 cm en toiture.

Elle doit également pouvoir être reglée manuellement ou automatiquement entre la position complètement ouverte,

3 positions intermédiaires et la position fermée (

4. Les ouvertures de transfert :

Chaque ouverture de transfert doit permettre un débit minimum de 25m3/h , 70cm2 si c'est une porte détalonnée.

Dans la cuisine un débit supérieur est demandé : 50m3/h minimum et 140cm2 si c'est une porte détalonée.

5. La régulation:

Il n'y a pas d'exigence concernant la régulation, néanmoins les ouvertures d'amenée et d'évacuation d'air peuvent être équipées

d'une régulation en fonction de la qualité de l'air, du taux d'humidité,...

6. L'entretien:

Le système de ventilation doit être conçu pour pouvoir être entretenu régulièrement et facilement

7. Exigence concernant la ventilation intensive :

La ventilation intensive permet d'assurer une ventilation soutenue en cas de surchauffe, de forte occupation,

de production temporaire élevée d'odeurs ou de vapeur.

Pour cela les locaux suivants doivent être pourvus de fenêtres ou de portes ouvrables donnant vers l'extérieur : séjour,

chambre, bureau, salle de jeu, cuisine.

 

  • 2ème cas. Application de l' exigence à un local : Soit il y a création d'un local

soit il y a modification des parois composant la surface de déperdition de ce local (remplacement des châssis) :

Si le local nouvellement crée ou dont on remplace les châssis est un local où séjournent des personnes il faut placer une amenée d'air,

si ce local a une destination de service il faut installer une évacuation d'air

ainsi que prévoir une ventilation intensive.

Les amenées et évacuations d'air doivent satisfaire les conditions déjà citées ci-dessus.

Remarque : Si le système de ventilation choisi est le système D, il est autorisé de pratiquer un recyclage de l'air si :

- le recyclage se fait à l'intérieur d'une même unité PEB

- le débit total d'air extérieur neuf est garanti

- seulement l'air extrait d'un local où séjournent des personnes ou dans un espace de circulation est recyclé.

Sources :

- Vademecum PEB de Bruxelles-Environnement

- Norme NBN D50-001

 

 

 

 

 

 

 

Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale

© Centre Urbain asbl - Stadswinkel vzw
Powered by Curbain.be