Home > Rénover, construire et conserver > Interieur : murs, planchers, finitions et menuiseries > Isolation acoustique : les murs
Isolation acoustique : les murs PDF Imprimer

Les types de murs

Doublage des murs

Points faibles

Murs anti-bruit

Choix de l'isolant


Les types de murs

  • Murs lourds - Loi de masse

Conformément au premier principe de l’isolation acoustique, plus un mur est lourd, meilleure est l’isolation (aux bruits aériens).

Le choix de la finition, qui détermine l’étanchéité à l’air de la paroi, influence l’isolation acoustique d’un mur maçonné. Un plafonnage améliore considérablement les performances d’une maçonnerie de blocs relativement poreux, comme ceux à base d’argile expansée ou en béton cellulaire. Rw passe de 25 dB pour un tel mur de 14 cm non enduit à 43 dB pour le même mur enduit d’un côté (44 dB si enduit sur les deux faces). La différence est minime pour des blocs plus étanches, comme ceux de type silico-calcaire ou de plâtre. L’épaisseur de l’enduit a peu d’importance (3 mm suffisent).

L'affaiblissement acoustique sera encore plus important si le mur est désolidarisé par une bande périphérique souple. Cette bande doit pouvoir résister à l'écrasement en raison du poids du mur.

Important : veiller à ce que l’homogénéité de la masse ne soit pas interrompue. Eviter les saignées, placer les interrupteurs plutôt en surface que dans la construction.

Dans le cas des façades, les dispositifs mis en œuvre pour éviter les coupures thermiques sont parfois défavorables pour l’isolation acoustique, puisqu’ils affaiblissent la masse de l’ensemble.

  • Cloisons légères - Effet "masse-ressort-masse"

Il est aussi possible de mettre en œuvre le principe "masse-ressort-masse" en réalisant une cloison légère, souple mais parfaitement étanche à l'air. Elle est constituée de plaques de plâtre posées de part et d’autre d’une ossature flexible (de préférence métallique); l’ossature est construite sur une bande de matériau résilient et le vide est rempli partiellement ou totalement d’un matériau absorbant souple (voir "choix de l'isolant"). Cette technique est particulièrement utile en rénovation, quand la structure existante ne permet pas une surcharge importante.

masse-ressor-masse

Les performances de la cloison légère peuvent être améliorées par les variantes suivantes:

  • désolidariser totalement la cloison en posant l'ossature sur une bande souple et en intercalant une bande souple entre l'ossature et le plafond et les murs transversaux.
  • deux ou trois plaques de chaque côté au lieu d’une.

cloison légère parement simple

cloison légère parement double

cloison légère parement triple

On voit que l'efficacité augmente quand la masse des plaques de chaque côté augmente et quand la distance entre ces plaques augmente. L’isolant lui-même ne doit pas être épais (50 mm suffisent), mais plusieurs plaques de plâtre sont plus efficaces qu’une seule et plus la lame d’air qui subsiste entre le doublage et le mur existant est large, meilleure est l’isolation.

  • panneaux de fibro-plâtre (à base de gypse et fibres de cellulose issues du recyclage papier, p.ex. Fermacell ou Rigidur) au lieu du plâtre. Outre que sa masse volumique plus élevée permet d’obtenir une isolation légèrement meilleure, le fibro-plâtre est ininflammable, hydrofuge et beaucoup plus résistant à l’accrochage, ce qui permet d’éliminer un inconvénient des cloisons légères: l’accrochage d’équipement (p.ex. sanitaire) ne doit pas se faire dans la structure, au risque de ponts acoustiques.
  • Le complexe est encore plus performant si l’ossature est dédoublée, les plaques de plâtres étant dès lors complètement désolidarisées. Pour éviter de doubler l’épaisseur de la cloison, on peut placer les montants en quinconce.

cloison légère ossature double

illustrations : CSTC

  • Murs mitoyens - Masse + ressort

Les deux principes peuvent être exploités en même temps.

En effet, le dédoublage de la construction d’un mur mitoyen avec un vide entre les deux murs donne une amélioration de l’isolation acoustique d’au moins de 10 dB pour autant que ceux-ci soient entièrement désolidarisés (et ce depuis la toiture jusqu’aux fondations).

C’est surtout la lame d’air qui fait fonction d’isolant acoustique, mais l’amélioration est plus importante si le creux comporte un matériau absorbant qui permet d’éviter une mise en résonance des deux parois (quelques cm suffisent).

alt


Doublage des murs

Quand les performances d’un mur ne sont pas satisfaisantes, les améliorations suivantes sont envisageables :

  • Complexe de doublage préfabriqué

Il s’agit d’un panneau prêt à l’emploi, constitué d’une plaque de plâtre à laquelle est fixé un matériau absorbant dense mais relativement souple. Ce panneau est collé à la cloison existante au moyen de plots de colle, ou accroché au moyen de fixations antivibratiles spéciales, en veillant à laisser une lame d’air entre le complexe et le mur existant. Ce système est facile à mettre en œuvre et ne fait perdre que quelques cm, mais c’est le moins efficace. Il est même un peu risqué: si la masse du mur à doubler est insuffisante, le résultat peut être encore pire qu'avant.

Exemple écologique : Pan-Terre, constitué de mousse de papier armée de brins de lin et associée à un panneau de plâtre ou de fibro-plâtre.

  • Doublage sur ossature indépendante

Plus encombrant (8,5 cm minimum) mais beaucoup plus efficace. Même principe que la cloison légère, mais finie avec une plaque de plâtre ou de fibro-plâtre d’un seul côté (mieux : plusieurs plaques). Cette ossature est totalement indépendante de la cloison existante. L’efficacité est d’autant meilleure que l’écart entre la cloison et le plâtre est grand et que l’épaisseur de plâtre est élevée.

Désolidarisation périphérique. Attention à l’accrochage d’équipement.

doublage mur

source: CSTC

En pratique: 

  1. Une structure métallique est érigée sur un bandeau souple à distance du mur. Cette structure est également désolidarisée des murs transversaux et du plafond par une bande souple.
  2. Un matériau absorbant est intercalé dans l'épaisseur de la structure (voir "choix de l'isolant").
  3. La finition se fait avec deux plaques superposées de plâtre ou de fibro-plâtre désolidarisées des sol, murs et plafond par des bandeaux souples également. Le joint périphérique est fini avec un mastic à peindre type Elastofill. 

Pour que votre système de doublage soit efficace :

  • Dans tous les cas, il faut soigner l’exécution et l’étanchéité.
  • Les nouvelles cloisons et parois de doublage doivent toujours être désolidarisées, sur tout leur pourtour, des parois existantes (sol, murs et plafond) par des joints souples d’une épaisseur minimale de 7 à 10 mm.

Ces matériaux de désolidarisation peuvent être :

  • sur le sol :
    • le plus écologique: matelas de jutte ou, mieux, de coco 

    • bandes de latex

    • bandes de mousse de PVC ou de polyéthylène à cellules fermées

    • tout autre matériau résilient (c'est à dire qui se déforme mais reprend sa forme après déformation) à cellules fermées

    • pour la désolidaristaion des murs lourds: bandes de néoprène ou de caoutchouc ou fabriquées à partir du recyclage des pneus

  • le long des murs et plafonds :
    • idem sol + bandes de mousse de polyuréthane précomprimées. Ces bandes sont faciles à poser dans les interstices et s'expensent ensuite pour combler le vide de façon totalement étanche

    • on peut aussi utiliser des fixations antivibratiles spéciales. Elles sont particulièrement recommandées quand la hauteur du mur à réaliser est élevée

 

fixation antivibratile

 

  • La finition des joints se fait avec du silicone à peindre ou du mastic polyuréthane ou acrylique élastique (type Elastofill). Le mastic universel (type MS polymère) convient très bien aussi mais est plus cher.
  • La plinthe ne peut pas rétablir le contact entre le mur doublé et le sol.
  • Veillez bien à ne rien encastrer dans le mur mitoyen, n’y faites pas de saignées, n’y encastrez pas d’équipements, et posez des prises et interrupteurs à appliquer plutôt qu’à encastrer. Si vous souhaitez quand même encastrer une prise, doublez le boîtier encastrable d'une couche de 5 mm de silicone de façon à l'alourdir et à le rendre bien étanche

Remarques :

  • Les systèmes les plus efficaces sont les plus encombrants. Il s’agit de faire un compromis entre l’efficacité souhaitée et la surface habitable qu’on est disposé à perdre. Les techniques efficaces vous font perdre au minimum 8,5 cm; en dessous de cela, vous obtenez parfois un résultat pire qu'avant l'intervention.
  • Si l’isolation du mur mitoyen ne suffit pas, il faut traiter aussi les parois latérales qui s’appuient dessus.

alt


Points faibles

points faibles ill. Amphion acoustics

Les cheminées affaiblissent l’isolement aux bruits. Si elles contiennent seulement d’anciens passages de tuyaux de poêles qui ne sont plus utilisés, un simple rebouchage au mortier peut suffire.

En cas de feu ouvert, on peut traiter l’entrée du bruit à la base de la cheminée en obligeant celui-ci à s’amortir en longeant des matériaux absorbants. Il semble qu'on puisse trouver chez les fabricants spécialisés des silencieux à placer dans les cheminées. Le traitement du bruit à la source évite un doublage du manteau à plusieurs étages. Mais attention: le dispositif doit résister à la chaleur et ne pas modifier le tirage de la cheminée.

Dans tous les cas, on peut isoler le manteau de cheminée en le doublant (complexe de doublage, doublage sur ossature...). Encore une fois: si la cheminée est encore en fonctionnement, il s’agira de choisir des matériaux d’isolation résistants à la chaleur.

Les gaines peuvent également favoriser la propagation du bruit entre étages ou locaux. Tapissez en les cloisons ou bourrez-la avec un matériau absorbant.

Les logements réalisés après 1945 ont fréquemment une coulisse dans le mur de façade. Ce n'est qu'à la fin des années 70 qu'on a commencé à isoler cette coulisse systématiquement. Si la coulisse est vide ou tapissée d'un isolant thermique rigide ou d'un isolant absorbant qui a plus de 25 ans, le bruit peut également circuler par cette voie d'un appartement à l'autre. Profitez alors du remplacement des châssis pour bourrer le vide autour des châssis de laine ou de mousse absorbante et soignez bien la pose des nouveaux châssis (voir la page fenêtres).

alt


Murs anti-bruit

Assemblées sur des montants verticaux de façon à constituer un mur, les cassettes absorbantes peuvent constituer un écran anti-bruit, par exemple pour protéger un jardin le long d’une route. Il présente l’avantage, par rapport à un simple mur en béton, d’éviter le risque que le bruit soit renvoyé vers les façades opposées, qui à leur tour peuvent renvoyer le bruit, amplifié, vers le jardin que l’on veut protéger. Pour être efficace, il doit se trouver le plus près possible de la source de bruit.

Mur anti-bruit ill. dB Mute

Bruxelles Environnement a publié un "Vademecum du bruit routier urbain" dont le châpitre 11 traite des murs anti-bruit. Vous pouvez le télécharger ici.

alt

Choix de l'isolant

Certains matériaux d’isolation thermique ne présentent aucune qualité sur le plan acoustique. C’est le cas des matériaux trop raides comme le polystyrène expansé, qui dans certains cas nuisent aux performances acoustiques en augmentant les transmissions latérales lorsqu’ils sont placés sur une paroi liée au mur ou au plancher de séparation.

Tous les matériaux absorbants souples ou semi-rigides conviennent. La densité de l'isolant est peu importante, du moment qu'il n'est pas raide et rigide. Vous pouvez utiliser des matériaux écologiques ou recyclés comme les laines végétales, la mousse de cellulose (issue du bois ou du papier recyclé), les mousses de PET issues du recyclage des bouteilles en plastiques etc...

  • Laines minérales et végétales :

La laine minérale (laine de roche et laine de verre) doit être choisie dans une version préemballée (papier ou feuille métallique) pour éviter d'en inhaler les fibres qui sont irritantes. Elle est maintenant interdite dans certains pays en raison des soupçons qui sont portés par rapport à son impact sur la santé, cependant, elle est encore en vente en Belgique.

Les laines végétales (chanvre ou lin) et les laines de cellulose présentent la même efficacité sans ces inconvénients, mais sont malheureusement encore un peu plus chères. La laine (ou mousse) de cellulose est fabriquée soit à partir de déchets de scierie, soit à partir de papier recyclé. Elle est traitée aux sels de bore, ce qui la rend ininflammable et totalement insensible aux moisissures, insectes et rongeurs.

Ces isolants présentent également de bonnes propriétés d’isolation thermique. Les fibres de cellulose ont en outre la capacité de retenir les surchauffes estivales à l’extérieur du bâtiment.

  • Mousses absorbantes :

Très absorbants tout en étant très légers: les panneaux en mousse de polyuréthane, de PET (issu du recyclage, notamment des bouteilles en plastique) ou de mélamine.
Attention: des mousses à matelas que l'on trouve communément dans le commerce ne conviennent pas pour le traitement acoustique car leurs cellules sont fermées. Pour être absorbante, une mousse doit avoir des cellules ouvertes, c'est-à-dire communiquant entre elles de manière à offrir une surface absorbante aussi grande que possible. Si elles présentent un relief géométrique, s’assurer qu’il est découpé et non moulé ni extrudé: seule la découpe permet de maintenir les cellules ouvertes sur toute la surface.

  • La mousse polyuréthane

Avantages:
- elle peut être colorée et devient un élément de décoration;
- elle est moins chère que la mousse de mélamine.

Inconvénients:
- les cellules sont assez grosses et offrent moins de surface d'absorption;
- elles brunissent tôt ou tard;
- à l'état brut, la mousse polyuréthanne brûle et dégage des fumées toxiques (chlore). Cependant, certaines mousses subissent un traitement et sont classées M3, parfois M2.

  • La mousse de mélamine 

Avantages:
- les cellules plus petites sont plus nombreuses et le coefficient d'absorption s'en trouve considérablement augmenté. Un panneau de mousse de mélamine sera 50 % plus absorbant qu'un panneau de mousse polyuréthane de même épaisseur (mais aussi 50 % plus onéreux);
- elle ne brûle pas;
- insensible aux ultraviolets, elle ne jaunit pas et résiste au vieillissement.

Inconvénients:
- elle est blanche et ne peut être teintée;
- moins souple, elle se casse dans les faibles épaisseurs.

  • Les mousses de cellulose

v. Laines minérales et végétales

La plupart des panneaux de mousse acoustique présentent des reliefs divers, pyramides, sillons, zigzags dont le but est d'augmenter la surface d'absorption. Notez que les mousses absorbent les hautes fréquences et offrent peu de résistance aux basses fréquences qui les traversent. Néanmoins, certains reliefs organisés en séquence permettent de diffuser (légèrement) les ondes sur un spectre plus bas que celui des fréquences absorbées.

Le relief est intéressant pour la correction acoustique des locaux, mais pas pour l'isolation acoustique. Choisissez plutôt votre matériau absorbant en fonction de son prix et de votre sensibilité aux questions environnementales.

  • Inventaire des matériaux absorbants bio-écologiques

Acoustix Pan-Terre

panneau rigide composé de papier recyclé et de fibres de lin, éventuellement ignifugé, utilisé seul ou associé à carton, carton-plâtre, fibro-plâtre ou OSB

Batiplum

rouleau constitué de plumes (70 %), de fibres thermofusibles et de laine

Celit

panneau rigide de fibres de bois résineux (déchets de scierie) et émulsion de bitume

Claytec (panneaux)

panneau rigide composé de terre, d’argile, de paille, de roseau, de tissu de jute

Claytec (briques)

briques composées de liège, d’argile et de paille de seigle

Gutex

panneau rigide constitué de fibres de bois, à 100 % ou associé à 3 % de latex pour sous-toiture

Homatherm

panneau souple constitué de fibres de cellulose (papier recyclé)

Isofloc

flocons de cellulose (papier recyclé)

Isonat chanvre

rouleau de fibres de chanvre ou panneau souple de fibres de chanvre et de polyester (15 %)

Isover Florapan

panneau semi-rigide de laine de chanvre, seule ou mêlée à de la laine de mouton et des fibres de polyester

Natilin ouate

matelas de fibres de lin

Pavatex (bois)

panneau rigide de fibres de bois, seules ou mêlées à de la paraffine (0,5 %) ou du latex (5 %), utilisé seul ou associé à du plâtre cartonné ou de l’OSB

Pavatex (perlite)

perlite expansée en vrac mêlée à de la paraffine (25 %) (Pavalit)

Sibli

grains de vermicilite exfoliée (enrobés de bitume) ou expansée

Steico

panneau de fibres de bois, souple ou rigide (éventuellement + latex)

Thermofloc

cellulose en flocons ou en granulés

Van Avermaet

liège expansé, en plaque rigide ou en granules

alt

 

Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale et Bruxelles Environnement

© Homegrade asbl vzw


Powered by Curbain.be