Home > Rénover, construire et conserver > Enveloppe extérieure : façade, châssis, toiture > Toiture inclinée
Toiture inclinée PDF Imprimer

Introduction

Lors de la construction de nos anciennes maisons bruxelloises, le grenier n’était pas considéré comme une pièce habitable.

L’étanchéité à l’eau et à l’air n’était pas absolue. Toutefois, cette ventilation assurait un séchage rapide des pièces de charpente qui pouvaient occasionnellement s’humidifier. Il s’agissait donc de toitures qui étaient techniquement très saines. Leur durée de vie en témoigne, puisque de nombreuses toitures de ce type n’ont pas encore été remplacées à ce jour.

Aujourd’hui, l’occupation des combles et les mesures élémentaires d’économies d’énergie nécessitent une toiture isolée... donc parfaitement étanche.

Mais pour éviter tout problème, les travaux doivent être réalisés avec soin. 

En effet:

  • la toiture n’étant plus ventilée, toute infiltration risque d’entraîner sa dégradation et son pourrissement, charpente y compris.
  • le placement d’un isolant risque d’entraîner un phénomène de condensation dans la toiture, aboutissant également à sa dégradation.
  • la toiture étant "emballée" dans l’isolant, tout problème n’est pas visible immédiatement.

Vous trouverez donc ci-dessous quelques points d'attention et les réponses aux questions suivantes :


 

A quoi faut-il veiller lors de la réfection d’une toiture ?

Il faut veiller à ce que:

  • la charpente soit vérifiée et traitée préventivement contre toute attaque de champignons (mérule), moisissures ou larves d’insectes;
  • tous les différents éléments soient prévus, à la bonne place et correctement mis en oeuvre: outre la couverture en tuiles (terre cuite ou béton) ou ardoises accompagnée de ses lattes d’accrochage, trois éléments supplémentaires sont indispensables: les contre-lattes, la sous-toiture et le pare-vapeur;
  • certains détails de la toiture soient correctement exécutés: corniches, solins et contre-solins, bacs de cheminée, tabatières et velux, rives… C’est généralement là que se trouve l’origine des infiltrations.

Qu’est-ce qu’une sous-toiture ?

La sous-toiture est fixée directement sur les chevrons de la charpente. Elle assure une étanchéité totale aux poussières et aux eaux d’infiltration: la pluie ou la neige qui, sous la pression du vent est chassée par-dessous les tuiles, est recueillie par la sous-toiture pour s’écouler jusque dans la corniche.

Pour éviter tout problème de condensation, la sous-toiture doit cependant rester perméable à la vapeur d’eau qui vient de l’intérieur.

S’il existe plusieurs types de matériaux conçus pour cet usage, le C.S.T.C préconise l’utilisation de sous-toitures rigides, capillaires et perméables à la vapeur, permettant d’éviter:

  • de par sa rigidité, tout contact entre la sous-toiture et la sous-face des tuiles, ainsi que le soulèvement de la sous-toiture sous l’action du vent.
  • de par sa capillarité, un égouttement à la face inférieure de la sous-toiture en cas de condensation.

Répondent à ces caractéristiques, les plaques:

  • en fibres-ciment
  • en fibres de bois (éventuellement imprégnées de bitume naturel)
  • en laine de bois-ciment renforcées

A quoi servent les lattes et contre-lattes ?

Les contre-lattes se placent sur la sous-toiture, clouées dans les chevrons (auxquels elles se superposent): la sous-toiture est donc "pincée" entre les contre-lattes et les chevrons.
Les contre-lattes permettent de rehausser les lattes d’accrochage des tuiles, de manière à ce que celles-ci ne touchent pas directement la sous-toiture et n’empêchent donc pas un écoulement libre de l’eau, sur la sous-toiture, jusque dans la corniche.
Cette rehausse permet également une ventilation correcte de la sous-face des tuiles, ce qui leur assure une plus grande longévité.

Comme les lattes, les contre-lattes sont en bois de préférence traité contre toute attaque de champignons, moisissures ou larves d’insectes. Leur épaisseur doit être comprise entre 1,5 et 2,6 cm.

Faut-il remplacer les tuiles ?

Pour placer la sous-toiture et les contre-lattes, l’enlèvement des tuiles existantes est inévitable.

A quoi faut-il veiller lors de la mise en place de l'isolant thermique ?

Lors du placement de l’isolant, une attention particulière doit être portée aux joints et raccords. Ceux-ci doivent être fermés, sans espace libre. Certains matériaux sont plus faciles à placer que d’autres, certaines techniques plus simples à mettre en oeuvre. Renseignez-vous.

Il est conseillé de ne pas laisser d’espace libre entre la sous-toiture et le pare-vapeur et d’isoler entre chevrons et, éventuellement sous chevrons.

Les matériaux d’isolation sont innombrables sur le marché. Comparez non seulement leurs performances et leurs prix, mais également leurs caractéristiques environnementales.

Si vous laissez vos combles non aménagés, isolez plutôt le plancher. Dans ce cas, pour la toiture, vous pourrez renoncer au pare-vapeur, à la sous-toiture, et réaliser ainsi une première économie...

Qu’est-ce qu’un pare-vapeur ?

C’est l’indispensable complément de l’isolant, car il doit empêcher tout phénomène de condensation dans la toiture, consécutif au placement de l’isolant.
Le pare-vapeur doit toujours être placé contre l’isolant, du côté chaud de la toiture, donc du côté intérieur. Placé ailleurs, plutôt que de limiter le risque de condensation, il l’augmente !

Certains isolants comme le polyuréthane ou le polystyrène extrudé présentent une bonne étanchéité à la vapeur d’eau. Toutefois, à cause des joints, malheureusement rarement étanches, il est conseillé de placer un pare-vapeur quel que soit le type d’isolant utilisé.

Le pare vapeur doit recouvrir toute la surface de la toiture y compris les parties verticales, il doit être continu et les raccords avec la maçonnerie, la charpente et les châssis doivent être soignés. Il faut veiller à ne pas perforer le pare-vapeur.
 
Le Centre Scientifique et Technique de la Construction (CSTC) a classé les pare-vapeurs en fonction de leur perméabilité à la vapeur d'eau, donnée par la valeur µd (m) 
 
Classe 1 (E1) : 2 m < µd < 5 m
Classe 2 (E2) : 5 m < µd < 25 m
Classe 3 (E3) : 25 m < µd < 200 m
Classe 4 (E4) : 200 m < µd
 
Plus µd est grand, plus le matériau est imperméable à la vapeur d'eau.

Et le freine-vapeur ?

Le pare-vapeur est rarement étanche à 100%. En cause : les défauts de raccords avec les murs ou entre les différentes bandes du pare-vapeur ou encore les déchirures accidentelles qui risquent de provoquer de véritables « fuites » de vapeur. Aussi, certains spécialistes, notamment en construction durable, préconisent plutôt l’usage du freine-vapeur qui va atténuer ce phénomène de « fuites ».

Cette technique admet, dans une certaine mesure, le passage de la vapeur d'eau par diffusion au sein des parois, et favorise son évacuation hors des parois : on place un "freine-vapeur" côté intérieur et une sous-toiture perméable à la vapeur d'eau côté extérieur. Le principe est le suivant : afin d’éviter tout risque de condensation interne, les composants de la toiture doivent présenter une étanchéité à la vapeur d'eau qui va décroissant de l’intérieur vers l’extérieur.
 
In fine, le choix du type d'écran dépend :
du type de matériaux qui composent la paroi (couverture, sous-toiture, isolant, finition intérieure)
de la destination du local (humide ou non)
du type de construction (construction neuve ou rénovation, ossature bois, construction lourde,...)
Dans tous les cas, il devrait être confié à un spécialiste.

alt


Comment isoler thermiquement votre toiture inclinée? - Isoler les versants de la toiture par l’intérieur

alt

Source Energie+

1. La couverture : La charpente assure la stabilité de la toiture, la couverture protège les occupants des intempéries
2. La sous-toiture : Etanche à l’eau mais  perméable à la vapeur, elle permet de limiter les infiltrations d’air et d’eau, et de poussières.
3. L’isolation : Entre les chevrons et en dessous de ceux-ci. Limite les pertes et gains thermiques et protège des bruits extérieurs.
4. Le pare-vapeur : Ecran étanche à l’air et à la vapeur qui protège la toiture des condensations internes.
 
Placez l’isolant semi-rigide ou en vrac, entre les chevrons de la toiture, directement contre la sous-toiture. La profondeur des chevrons est en général insuffisante, on peut placer une première épaisseur d’isolant entre les chevrons et une deuxième épaisseur perpendiculairement aux premiers, en agrafant les languettes à un lattis posé horizontalement. Pour que l’isolant soit bien comprimé, la largeur des lés doit être légèrement supérieure (2cm) à l’écartement entre les pièces de bois. Veillez à l’étanchéité du frein-vapeur en périphérie et entre les lés (utiliser des bandes d’étanchéité autocollantes sur les joints).
 

Comment isoler thermiquement votre toiture inclinée? - Isoler les versants de la toiture par l’extérieur

alt

Source Energie+

1  couverture
2  contre-lattes
3  lattes
4  sous-toiture
5  isolant
6  pare-vapeur
7  chevrons ou  
    fermettes
8  pannes
Le système de toiture « Sarking » consiste à placer l’isolation au-dessus des chevrons, juste sous la couverture. Les panneaux sont rigides et peuvent être soit en mousse synthétique, soit en verre cellulaire ou encore en laine de roche incompressible.
Cette technique est notamment préconisée lorsque la sous-toiture est inexistante ou en mauvais état et lorsque la couverture de la toiture doit être remplacée.
Ce système évite également d’enlever la finition intérieure du grenier si celle-ci peut encore être conservée.
 

Comment isoler le plancher du grenier?

Si le grenier n’est pas destiné à être une pièce habitable, il est préférable d’isoler le plancher du grenier que d’isoler la toiture (séparer le volume chauffé du volume non chauffé).
 

alt

Source Energie+

1  gîte
2  isolant semi-rigide
3  pare-vapeur
4  finition du plafond
 

Si le grenier ne doit pas être accessible, l’isolant semi-rigide ou en vrac, peut être posé entre les gîtes du plancher en bois ou au-dessus du plancher. Sous l’isolant est posé un film pare vapeur ou freine vapeur, de façon continue et sur l’ensemble du plancher.

 

alt

Source Energie+

1  gîte
2  isolant (remplissage partiel)
3  pare-vapeur
4  finition du plafond
5  isolant (remplissage complet)
6  aire de foulée
 
Si vous voulez que votre grenier reste accessible, il faudra replacer des gîtes entre les matelas d’isolant pour pouvoir y fixer un plancher (ou des panneaux d’aggloméré, mutiplex, OSB…).

alt


Comment isoler acoustiquement votre toiture inclinée ?

L’isolation acoustique d'une toiture améliore d'office ses performances thermiques. Plus l’isolant est épais, meilleure est l’isolation, acoustique comme thermique.

Mais l’isolant thermique seul ne suffit pas, il doit être mis en œuvre de façon à constituer un complexe d’isolation qui fonctionne comme une cloison légère (masse-ressort-masse).

Les toitures existantes sont généralement légères et ne comportent, en guise de sous-toiture, qu'une feuille de polyéthylène microperforée. Pour obtenir une bonne isolation acoustique, il faut démonter la toiture pour poser une nouvelle sous-toiture lourde en-dessous du revêtement. Il est néanmoins possible de procéder en deux étapes et de réaliser d'abord l'isolation intérieure, qui offrira déjà une bonne isolation thermique, et de laisser la réfection du revêtement à plus tard.

La composition idéale est la suivante (en commençant par l'extérieur):

  • revêtement de toiture;
  • sous-toiture lourde en fibres de bois imprégnées de bitume, type Celit - idéalement deux panneaux (36 à 44 mm) si leur poids peut être supporté. La sous-toiture est étanche à l'eau mais laisse passer la vapeur;
  • entre les chevrons, contre la sous-toiture: isolant souple ou semi-rigide (p.ex laine minérale ou végétale, mousse de cellulose issue du papier recyclé ou des déchets de scierie...). Plus il est épais, mieux c'est. Remarque: pour bénéficier de la prime énergie, il faut minimum 16 à 18 cm, en fonction de la valeur lamda du matériau. PAS d'isolants rigides comme le polyuréthane ou le polystyrène;
  • pare-vapeur ou freine-vapeur (bien étanche);
  • structure métallique souple rajoutée sur les chevrons - habituellement perpendiculairement aux chevrons - l'espace résiduel permet en outre le passage des canalisations;
  • bandes souples de désolidarisation placés en périphérie;
  • deux ou trois épaisseurs de plaques de plâtre bien jointes, qui sont vissées dans la structure métallique et qui reposent en périphérie sur les bandes souples (ou fixées à la charpente d'une autre manière antivibratoire, p.ex. par des crochets spéciaux);
  • finition en périphérie avec un mastic à peindre, type Elastofill.

acoustique toiture inclinée

L’épaisseur totale du complexe isolant a peu d’importance.

La présence d’une lame d’air dans le complexe a également peu d’influence et il est en tout cas vivement déconseillé d’en laisser une entre l’isolant et la sous-toiture à cause des problèmes d’humidité que cela pourrait occasionner.

De nombreux matériaux conviennent à l'isolation acoustique des toits : laine de roche, chanvre, flocons de liège expansés, mousse de bois ou de papier recyclé... (v. chapitre murs - choix de l'isolant).

Ne rien encastrer dans les panneaux de finition !

Les raccords doivent être parfaitement étanches à l’air : Ils sont plus faciles à réaliser et seront généralement mieux faits si la finition est mise en place sous les pannes au lieu d’entre les pannes.

Notez que, si vous n'utilisez pas les combles, l'isolation peut être réalisée horizontalement au niveau du plancher des combles.

alt

 

Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale et Bruxelles Environnement

© Homegrade asbl vzw


Powered by Curbain.be