Home > Rénover, construire et conserver > Enveloppe extérieure : façade, châssis, toiture > Façade
La grille de fenêtre de cave PDF Imprimer

 

alt

Témoin de l’époque où les caves abritaient les cuisines, la fenêtre de cuisine-cave est un élément très typique de la façade de la maison bourgeoise de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Une grille en ferronnerie protège la fenêtre contre les effractions et vient enrichir l’effet du soubassement de pierre de la façade. Elément de composition architecturale à part entière, la fenêtre et la grille de cuisine-cave sont trop souvent sacrifiées pour des raisons éminemment pratiques.

 

Un peu d'histoire

La cuisine-cave est liée à l’organisation verticale de la maison urbaine du XIXe siècle dans laquelle le rez-de-chaussée était traditionnellement réservé aux pièces de réception tandis que les espaces de service - cuisine, buanderie - occupaient le sous-sol semi-enterré.

Cette disposition entraînait un éloignement peu commode de la cuisine-cave et de la salle à manger située au rez-de-chaussée. Dans certains cas, un monte-plat facilitait le service.

Les fenêtres qui éclairent les cuisine-caves se prolongent habituellement sous le niveau du trottoir à l’intérieur d’un espace ménagé dans l’épaisseur du mur de façade. Ce dispositif favorise la pénétration de la lumière oblique qui se réfléchit sur des parois peintes en blanc ou tapissées de carreaux de faïence.

A la fin du XIXe siècle, la surélévation de plus en plus importante des rez-de-chaussée que l’on atteint désormais par une volée d’une dizaine de marches depuis le hall d’entrée fait remonter le sous-sol. Souvent, la fenêtre de cuisine-cave ne descend plus sous le niveau du trottoir. La grille est alors pourvue d’une serrure et présente un ou deux ouvrants.

Dans l’entre-deux-guerres, avec la “crise du personnel de maison” et la rationalisation du logement, les cuisines montent d’un étage tandis que les sous-sols redeviennent de simples caves destinées au rangement.

 

Un élément de façade menacé par la perte de sa fonction

Les anciennes cuisines-caves ne sont en général pas habitables faute d’un éclairage naturel suffisant. La façade est alors souvent menacée par des transformations inadéquates…

La haute fenêtre de cuisine-cave et la grille qui l’accompagne sont parfois supprimées pour faire place à un garage dont la porte s'accorde souvent mal à la composition de la façade.

alt

 

Dans le cas des fenêtres qui descendent sous le niveau du trottoir, pour éviter l’accumulation de vieux papiers et de salissures, certains propriétaires suppriment la grille de fenêtre et le châssis et ferment la baie au moyen de briques de verre qui défigurent la façade. Cette “solution” est également techniquement néfaste car elle affaiblit l’éclairage du sous-sol et empêche une bonne ventilation.

Rappelons que toute intervention qui modifie l’aspect architectural de la façade nécessite l’introduction d’une demande de permis d’urbanisme.

 

Eviter l'accumulation de saletés sans modifier l'aspect de la façade

Divers “systèmes D”, faciles à mettre en œuvre et peu coûteux, permettent de limiter fortement la pénétration des saletés en conservant la grille en ferronnerie.

alt

alt  

Le plus simple, déjà appliqué au 19è siècle, consiste à fixer, derrière la grille, un treillis à mailles fines et de couleur foncée faisant retour dans le bas pour fermer l’ouverture entre le trottoir et les barreaux.

 

Un verre épais peut également être posé en oblique en prenant appui sur le rebord du trottoir.

Le remplacement du châssis de fenêtre existant, par un châssis ouvrant de plus petite dimension reposant sur un linteau placé au niveau du trottoir permet d’éliminer définitivement le “trou à misère” tout en préservant la grille en fer forgé ainsi qu’une bonne ventilation des caves. Cette solution peut être appliquée lorsque la grille ne descend pas sous le niveau du trottoir.

 

La grille en fer forgé: entretien et reconstitution

La grille est généralement formée de barreaux de section circulaire ou carrée, torsadés, enrichie de motifs ornementaux rapportés. Contrairement aux balcons qui sont souvent composés de panneaux de fonte, la grille de cuisine-cave est toujours réalisée en fer en accord avec son rôle de protection contre les effractions. Le renouveau de la ferronnerie artisanale à la fin du XIXe siècle explique la variété des motifs qui ornent les grilles de cuisine-cave.

alt

 

Ernest Blérot, rue Vilain XIIII, n°1, maison personnelle de l’architecte, détruite. Col. AAM.

 

L’entretien des grilles en fer forgé ne pose pas de problèmes très particuliers: décapage et remise en peinture constituent une protection efficace contre la rouille. Comme les autres éléments de ferronnerie de la façade, la grille de fenêtre de cave du XIXe siècle est généralement peinte en noir. D'autres choix de couleurs apparaissent dans certaines maisons Art nouveau. Le seul moyen de retrouver la couleur d'origine est une étude des anciennes couches de peinture.

Si par malchance, la grille de votre fenêtre de cave a été supprimée dans le passé, sachez que tout n'est pas perdu: un ferronnier familiarisé avec les techniques traditionnelles pourra, en s'inspirant de modèles anciens, vous porposer une reconstitution qui rendra à votre façade l'un des charmes qui définissent sa personnalité.

Pour trouver un ferronnier, consultez le répertoire des métiers du patrimoine architectural.

 

Lectures utiles

Collection l’Art dans la Rue
Bois et métal dans les façades à Bruxelles, Fondation Roi Baudouin et Archives d’architecture moderne, Bruxelles, 1997.

Carnet d’entretien, Le Métal, Fondation Roi Baudouin et Région de Bruxelles-Capitale, 1997.

 

 

Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale et Bruxelles Environnement

© Homegrade asbl vzw


Powered by Curbain.be