Home > Rénover, construire et conserver > Chauffage, électricité, plomberie, ventilation > Installation électrique
Installation électrique PDF Imprimer

 

Une installation électrique doit toujours être contrôlée par un organisme agréé lors:

- de sa mise en service,

- de tout renforcement de la puissance de raccordement,

- de toute modification ou extension importante.

Cet organisme délivrera un certificat de conformité., valable 25 ans en l'absence de toute nouvelle modification.

Si l'installation électrique a été mise en service avant le 1er octobre 1981, et qu'aucun changement important, renforcement ou extension notable n'ait été effectué, ce contrôle n'est pas obligatoire. Il est toutefois conseillé de le faire, afin de veiller au respect des principes élémentaires de sécurité et d'équiper l'installation d'un certain nombre de dispositifs de sécurité. Par contre, ce contrôle, à charge du vendeur, sera obligatoire en cas  de vente d'immeuble.

 

Les éléments indispensables pour qu'une installation soit conforme concernent :

- les cables qui forment les différents circuits électriques

- la mise à la terre et la liaison équipotentielle

- le tableau électrique, composé de disjoncteurs et différentiels

- les volumes de sécurité dans la salle de bains

 

Il existe un Règlement Général sur les Installations Electriques (le R.G.I.E.), contraignant pour les installations domestiques par Arrêté royal du 10 mars 1981 paru au Moniteur Belge du 29 avril 1981).

 

Les cables et circuits électriques

Un circuit se compose de 2 cables, le cable de « phase » qui est toujours sous tension (de couleur noir ou brun) et le cable « neutre » de couleur bleue, ainsi que du cable de mise à la terre. Il faut que le cable de phase soit en contact avec le cable neutre pour que le courant électrique circule.

Ainsi, pour les points lumineux, au niveau de l’interrupteur, c'est le fil brun qui doit être interrompu (le fil bleu étant continu) et non l'inverse afin d’éviter que la lampe ne soit continuellement sous tension, même éteinte...

Différents circuits parcourent le logement pour l’alimenter en électricité. Ils démarrent tous du tableau général où chaque circuit est pourvu d’un disjoncteur coupant l’électricité sur ce circuit en cas de surcharge ou de court-circuit.

Il y a :

- des circuits spécifiques pour les points lumineux fixes. 1,5 mm2 de section de cable est nécessaire (et suffisant).

- des circuits pour les prises de courant, de 2,5 mm2 de section de cable. Maximum 8 prises sur un même circuit.

- des circuits séparés n’alimentant qu’une seule prise, pour les réfrigérateurs et congélateurs, évitant toute coupure de courant sur ce circuit (surcharge ou court-circuit dû à un autre appareil) ou pour les appareils plus puissants (machines à laver, cuisinière électrique,...)

Sur un même circuit, il ne faut pas mélanger des prises et des points lumineux.

Par contre, il est conseillé de placer les différentes prises d'une même pièce sur des circuits différents, de manière à garder une possibilité de branchement électrique dans une pièce en cas de problème sur un circuit.

Les cables doivent être protégés par des tubes rigides ou des goulottes. Il existe également des cables souples groupant directement les différents fils dans un double gainage plastique.

Ils peuvent être placés en apparent ou en encastré.

 

 

La mise à la terre et la liaison équipotentielle

Le cable de mise à la terre est jaune/vert.

La mise à la terre dévie le courant lorsqu’une personne est en contact avec un appareil électrique défectueux, lui évitant l’électrocution.

En rénovation, la mise à la terre est réalisée par un piquet de terre en acier galvanisé, auxquels sont reliés les fils de terre des différents circuits (via le tableau général).

Pour vérifier l’efficacité du piquet, une barrette de coupure doit obligatoirement être placée entre le piquet et le tableau. La liaison entre la barrette et le piquet est réalisée par un fil de terre de 16 mm2 minimum.

La liaison équipotentielle relie les différentes pièces métalliques entre elles et à la terre. Les canalisations d’eau, de gaz et de chauffage sont concernées.

Dans la salle de bains, toutes les pièces métalliques doivent être reliées entre elles et à la terre : baignoire, baquet de douche, conduites, radiateur, chauffage, chauffe-eau, menuiseries metalliques,...

 

 

les disjoncteurs et différentiels

Chaque appareil électrique est caractérisé par sa puissance (sa consommation). Elle varie de quelques watts pour une lampe économique à plus de 2.000 watts pour une machine à laver.

La puissance disponible sur un circuit dépend de la valeur du disjoncteur, lui-même fonction de la section des cables. Ainsi, avec un disjoncteur de 10 ampères, la puissance disponible est de 2.200 watts : 220 volts (tension du réseau, toujours invariable) x 10 (valeur du disjoncteur).

En cas de surcharge (puissance disponible du circuit dépassée) ou de court-circuit, le disjoncteur coupe l’alimentation du circuit (levier du disjoncteur en position « off »). Le levier doit alors être remis en position « on » après avoir remédié au problème.

Outre les disjoncteurs, le tableau doit comporter 2 différentiels :

- un différentiel général de 300mA,

- un différentiel plus sensible de 30mA auquel sont reliés les circuits des pièces d’eau (salle de bains), de la machine à laver, du sèche-linge et du lave-vaisselle. Les différentiels coupent l’installation électrique lorsqu’ils détectent un courant d’intensité supérieure à 300mA (ou 30mA dans le circuit de la salle de bains) sur le cable de mise à la terre. Cela signifie qu’il y a des pertes électriques sur un point du circuit.

 

 

les volumes de sécurité dans la salle de bains

Autour de la baignoire, 3 volumes ont été définis : le volume enveloppe, le volume de protection et le volume extérieur.

Le volume enveloppe correspond au volume de la baignoire prolongé en hauteur jusqu’à 2,25m. Dans ce volume, il ne peut y avoir ni lampes ni prises. Seuls sont tolérés les appareils alimentés en basse tension (12V) et les chauffe-eau électriques fixés au mur.

Dans le volume de protection, qui déborde de 60 cm tout autour de la baignoire, seule l’installation de luminaires protégés contre les projections d’eau est tolérée.

Au-delà de ce volume de protection, c’est le volume extérieur. Les prises, interrupteurs et appareils électriques protégés contre les projections d’eau doivent impérativement se trouver dans ce volume extérieur.

 

 

organismes de contrôle de l'installation

Les organismes de contrôle agréés sont repris sur le site du SPF Economie.

 

 

Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale et Bruxelles Environnement

© Homegrade asbl vzw


Powered by Curbain.be